le bruit médiatique se mesure sur tous les médias

Publié le par odile Biger

Mediametrie et TNS Média Intelligence n'auraient sans doute pu choisir un moment plus opportun pour annoncer le lancement de leur service commun  "l'Unité de Bruit Médiatique nouvelle génération".

 

 

 En pleine période électorale, alors que les services de communication des différents candidats et les journalistes eux mêmes recherchent tous les moyens possibles pour évaluer l'impact de la moindre prise de parole ou intervention des présidentiables, nulle doute que cette nouvelle version de l'UBM ne soit accueillie avec intérêt par tous les observateurs.

 

 

 Mise au point il y a quelques années  par TNS Média Intelligence et Médiamétrie, l'UBM  sert depuis longtemps déjà à mesurer la couverture médiatique consacrée à une marque, une entreprise, un individu, un évènement, un sujet de société.

 

 

 

 Jusqu'à présent l'UBM ne fournissait que des données quantitatives calculées en fonction de la place accordée à un sujet en Radio, Télévision et Presse écrite, corrélée à l'audience du média concerné.

 

 

L'UBM "nouvelle génération" se propose d'aller plus loin et d'enrichir ces informations par des renseignements plus qualitatifs. La nouvelle mesure intègre notamment la notion de "tonalité du bruit médiatique" (positive, négative, factuelle) et affine les résultats d'audience en s'intéressant non plus seulement à l'audience des médias mais, plus  précisément, à l'audience des émissions sur lesquelles le sujet a été traité.
 En complément, les deux partenaires lancent également Expo Planning "un outil destiné aux acteurs de la communication pour les aider à mieux comprendre les effets de la médiatisation d'un sujet à la télévision en analysant quelles parties du public ont été exposées et combien de fois".

UBM et Expo planning ne s'intéressent qu'à l'impact des médias traditionnels (Presse, Radio, Télé). Mais d'autres outils permettent de compléter le panorama en évaluant le bruit médiatique sur les nouveaux médias. C'est le cas par exemple du Tendancologue de TNS Media Intelligence qui mesure l'impact des candidats à la présidentielle sur les sites, les blogs et les news groups. C'est le cas également de l'indice Buzz Blog Politique (IBBP) qui propose chaque semaine un classement des présidentiables en fonction de leur présence sur les blogs.

 

Comme souligné dans l'un de mes précédents posts "les candidats aux élections présidentielles donnent une leçon de marketing" , la campagne électorale fournit donc un excellent terrain d'expérience pour les professionnels de la communication marketing. Elle permet de mettre en pratique de nouveaux usages  et outils qui pourront ensuite être généralisés pour la promotion et la notoriété des marques sur tous les médias.

 

PS:

- Pour en savoir plus sur Mediametrie lisez mon billet:  Mediametrie à l'heure de la convergence.

 

- Il existe beaucoup d'autres observatoires et outils de mesure de bruit médiatique. Ils se différencient en fonction de leur champ d'analyse (national ou international) , des supports étudiés (médias traditionnels, nouveaux médias, tous médias confondus), des thématiques traitées.  Si je suis courageuse et si cela vous intéresse, j'essaierai un jour de vous ne proposer une liste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

decroissance 06/03/2007 21:38

à voir aussi, des initiatives plus artisanales comme kidikoi : http://www.kidikoi.net