Les marques s' intéressent aussi à la météo !

Publié le par odile Biger

On aura tout vu et tout entendu !

 

Ainsi, en Allemagne, cette semaine, la météo a t'elle pu annoncer l'arrivée prochaine de l'anticyclone "Maggi" comme un signe précurseur du Printemps.

 

Il faut savoir que, dans ce pays, il est possible de parrainer un phénomène météorologique. Pour donner son nom à un anticyclone il suffit de débourser la modique somme de 299 euros, et 199 euros seulement pour une dépression.

 

Si l'audience et la visibilité des programmes météo sont aussi élevés qu'en France,  cela ramène le coût de la citation a un prix tout a fait acceptable et l'on comprend que l'offre soit susceptible d'intéresser marques et annonceurs.

 

Il y a cependant une condition à remplir pour être éligible à ce type de parrainage: en  2007, les anticyclones qui favorisent le beau temps doivent obligatoirement porter des prénoms féminins et les dépression (facteur de mauvais temps) des prénoms masculins. En 2008, parité oblige, ce sera le contraire. 

 

Les seules marques qui peuvent accéder au sponsoring météorologique sont donc celles qui portent un prénom  (ce qui bien sûr est le cas de Maggi). Cela laisse quand même la place à un certain nombre de produits et je suis prête à parier que même cette petite restriction finira par tomber un jour devant l'appât du gain.

 

Personnellement, je trouve ça dommage.

 

 Savoir que les bateaux qui sillonnent nos mers pour les grandes courses transatlantiques portent des noms aussi évocateurs que "Fleury Michon'" "Banque Populaire" ou "Rexona" est déjà assez déprimant. Il va falloir maintenant ajouter à cela le fait que les vents qui les poussent évoquent un bouillon cube (Maggi) , une voiture(Mercedes), ou une lessive (Ariel) .

 

Tout cela fait encore reculer la part du rêve,de l'imagination et de la poésie dans nos vies.

 

Monsieur (ou Madame ?) Maggi , je ne te dis pas Merci !

 

 

Publié dans billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci de cet article , Odile, qui m''ouvre les yeux sur les excès de notre civilisation !!Où allons-nous ?Tu as raison de parler d enotre part de rêves... il me reste quelques noms d'étoiles à chanter doucement .La commercialisation à outrance risque de tuer notre imaginaire !
Répondre