A bas le porno-chic machiste

Publié le par odile Biger

Quand on aime la publicité, il faut aussi savoir dénoncer ses excès et ses dérives.

Halte au Porno-Chic dans la Pub
Recommandé par des Influenceurs
 
 

Les "vérificateurs" de publicité en tout genre qui se préoccupent tant de notre santé (pas de tabac, pas d'alcool, pas trop de sucre ...) feraient bien de s'intéresser un peu plus à certaines campagnes particulièrement malsaines qui, sous le label hypocrite et racoleur de "porno chic" viennent encombrer et salir les pages des magazines de mode et de luxe.

 

Le dernier exemple en date est celui  de la campagne  de Dolce et Gabbana qui, fort heureusement, au vu du flot de protestations qu'elle a suscité partout dans le monde, vient d'être retirée par ses initiateurs.

 

Pour en savoir plus, lisez les posts de Cath et de Mimi, vous comprendrez. Je n'aurai rien à ajouter à ce qu'elles disent toutes les deux. je suis 100% d'accord .

 

Entendons nous bien, je n'ai rien contre l'utilisation du "choc" et de la "provocation" dans la publicité. Parfois cela contribue à faire avancer le débat et les idées (cf. mon post sur les mots de la communication). Encore faut il, à la base, avoir une idée et, sans doute, un minimum de morale et d'éthique.

 

Messieurs, Dolce et Gabbana et leur publicitaire ont beau être riches et célèbres ils  manquent cruellement et de l'un et de l'autre. A défaut ils n'ont à nous proposer, pour faire briller leur marque, que médiocrité et vulgarité .

 

Si l'on dénonce la violence faite aux femmes dans certains pays, certaines religions ou tout simplement dans notre bonne société, juste à coté de nous,  il faut avoir le courage de refuser aussi cette communication sale et dégradante qui envahie les pages des magazines et tente de recouvrir les murs. Je suis en colère contre cette presse qui accepte de faire voisiner articles et reportages bien pensants sur les droits de l'Homme et la Femme avec ce type de publicité nauséabonde.

 

 Et si par chance un commando anti-pub s'attaque à ces publicités, je serai la première à les encourager et à les applaudir .

 

En attendant vous pouvez vous aussi récupérer la bannière de boycott sur le site des influenceurs

 

 

 

Publié dans billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Je ne crois pas effectivement que de dénoncer cette forme de communication relève d'un abus de puritanisme ou d une quelconque volonté de célébrer le retour à un ordre moral strict régissant notamment la création artistique. En l'espèce, d'Art, il n'en est point. il s'agit juste d'une opération marketing dont la destination d'ailleurs n'est pas tant nos pays occidentaux gavés du genre que les consommateurs de certains pays émergents avides de tous ces produits de luxe made in italy, et ne voyant ainsi dans ces publicités qu'une forme de subversion synonyme pour eux de conquête de liberté. c'est moche, c'est dangereux et c'est pourquoi, bien que d'ordinaire assez peu militante, je n'ai pas résisté cette fois à réaliser cette bannière anti-pub matraquant cet oxymore répugnant du porno-chic. Merci à toi de la relayer. J'espère qu'on sera nombreux.
Répondre
C
Hello Odile,Dégradante oui, mais également très dangereuse car prosélyte. Elle légitime un acte d'agression et de mort sous prétexte de photo d'art et le réduit à une tendance modeuse et "so chic".Intéressant de noter également que ce sont Dolce et Gabbana eux-mêmes, ainsi que quelques copains, qui se sont mis en scène. Onanisme orgiaque... quand tu nous tiens !De la part d'homosexuels notoires (et sans homophobie aucune de ma part) cet acte de labourage du corps féminin me scandalise encore plus dans sa perversité, son cynisme et son dédain. Je me questionne également sur la position (morale) de la mannequin qui pour un bon cachet a accepté d'être instrumentalisée  dans cette mise en scène. Au nom de toutes les péripapéticiennes qui elles, au moins, paient de leur personne, et que je respecte, j'espère que cette fille va rapidement réaliser, si elle a trois brins de cervelle et un minimum de coeur et de dignité, dans quoi elle s'est fourvoyée.
Répondre