Internet et réseau de distribution: l'union fait la force

Publié le par odile Biger

Cette fois, ça y est. La "hache de guerre" semble définitivement enterrée entre les réseaux de vente traditionnels et les sites marchands. Après bien des atermoiements, Le secteur de la distribution  a lui aussi fait sa "révolution culturelle" et est entré dans l'ère de la convergence .

 

Pour les enseignes les plus performantes, Internet et magasins "physiques" partagent désormais les mêmes objectifs et sont utilisés en synergie pour mieux répondre aux attentes des clients et optimiser les ventes.

 

Il était temps ! Car il aura fallu des années aux acteurs de la distribution pour réaliser ce qui, pour les consommateurs, est depuis longtemps une évidence : la vente en ligne et le commerce traditionnel ne sont pas concurrents mais  complémentaires. Selon les circonstances et les besoins on se tourne vers l'un ou l'autre et, le plus souvent, on utilise les deux .

 

Les faits sont là: selon la dernière enquête Médiametrie sur les pratiques multimédia des internautes, 30% d'entre eux déclarent avoir recours à la vente en ligne mais ce phénomène s'accompagne d'une constatation très importante: le fait qu'une enseigne mette à la disposition de ses clients un site internet et un réseau de distribution traditionnel rassure et constitue une motivation d'achat supplémentaire.

 

Les synergies possibles entre canaux sont nombreuses :

 

Le site web au service des magasins. C'est clairement la solution choisie par le caviste Nicolas. Nicolas.com est conçu pour être la vitrine des boutiques et pour relayer leurs promotions. Chacun des magasins peut disposer d'un espace propre sur le site pour sa communication particulière. L'information sur les produits est volontairement limitée pour ne pas empiéter sur le rôle des vendeurs et tout est mis en oeuvre pour guider le client jusqu'à la boutique (ex: localisation des boutiques avec Mappy).En complément, pour générer des ventes additionnelles, de nouvelles fonctionnalités ont été mises en place comme un service "cadeaux" qui permet à l'Internaute d'envoyer des produits vers 10 adresses de livraison différentes en une seule commande.

La solution mise en place par l'enseigne de pêt à porter masculin CELIO, quoique très différente dans sa mise en oeuvre sur le site relève un peu de la même logique de site "vitrine et relai"(cf : mon post "sur tous les canaux Celio pense aux hommes et aux femmes")

 

Le site web comme outil de vente  alternatif et canal d'information complémentaire. Cette option semble être particulièrement adaptée à la commercialisation de produits électroniques ou électroménagers. Rien d'étonnant donc à ce qu'elle ait été choisie par Darty ou par la  FNAC, qui manifeste sa volonté de multiplier les liens entre son site et ses magasins.

- On peut commander un produit sur Fnac.com et le retirer en magasin

- on peut utiliser le site pour recueillir des informations et conclure l'achat dans un point de vente

- les magasins assurent le SAV des produits vendus sur le site

 

La démarche ne s'est pas faite en un jour mais, finalement,aujourd'hui le résultat est là et les chiffres parlent d'eux même: selon une étude Forrester 5% des ventes en magasin seraient influencées par le net et selon la constatation de Darty sur son marché, " sur 100 visiteurs du site , les 2/3 retournent en magasin ". 

 

Il n'y a  plus grand monde pour contester l'efficacité de la combinaison "clic et magasin" et ce n'est pas un hasard si ,aujourd'hui, même les "pure playeurs " du e.commerce comme Pixmania se mettent à ouvrir des boutiques pour y accueillir et conseiller leurs clients.

 

Pas de doute, la boucle est bouclée. le multi-canal a fait ses preuves. 

 

Commenter cet article