Les candidats aux élections présidentielles donnent une leçon de marketing

Publié le par odile Biger

A ma gauche, Ségolène Royal, à ma droite, Nicolas Sarkozy, au centre François Bayrou.

 Pour ces 3 candidats au moins la bataille présidentielle a déjà commencé et c'est sur le Net qu'elle trouve l'un de ses terrains de prédilections.

 

Visiblement, les principaux candidats à l'Election Présidentielle ont tiré les leçons du référendum de 2005 sur la Constitution européenne. Ils savent désormais qu'Internet peut exercer une réelle influence sur le jeu politique et que la Toile peut faire pencher la balance dans un sens ou dans un autre.

 

Le récent sondage de CSA commandé par Radio France sur le Web et la politique (cf www.radiofrance.fr/) apporte d'ailleurs de l'eau à leur moulin. Il montre que si la Télévision demeure le principal vecteur d'information en période électorale (83% des français s'informent en priorité par ce biais, 43% par la Presse et 34% par la Radio ), les moyens d'information électroniques opèrent de leur coté une percée significative en terme d'usage (15% des français les utilisent pour s'informer) et de crédibilité (45% des personnes interrogés et 58% des internautes trouvent la liberté d'expression sur Internet plus grande que sur les autres médias). Enfin il souligne le rôle que peuvent jouer les blogs politiques des candidats dans la diffusion de leurs idées (69% des internautes connaissent l'existence de ces blogs et 12% d'entre eux les ont déjà visités).

 

Conscient de ces enjeux, tous les grands partis politiques et leur candidats respectifs ont pris soin de s'entourer de spécialistes de la Toile pour établir leur plan de campagne et mettre au point leur stratégie de contacts et de communication:blogs, sites, forums, emailings, campagnes de recrutement en ligne tous les moyens sont bons pour réunir un maximum d'adhésions et de suffrages.

 

Le parti le plus organisé sur le sujet est sans doute L'UMP qui a constitué un Comité Stratégique spécialement dédié à l'Internet. Sous la houlette de Claude Malhuret et Thierry Solère et fort des conseils avisés de quelques experts comme Loic le Meur, il mène une campagne active sur tous les fronts.

 

 

Pour communiquer avec ses sympathisants, l'UMP dispose d'une base de 500000 contacts qui reçoivent régulièrement par mail des informations sur les prises de position et l'actualité de Nicolas Sarkozy.  Des vidéos des discours sont également placées sur les sites d'échange comme Dailymotion. Enfin,  plus de 10000 euros par mois en moyenne sont investis dans l'achat de liens sponsorisés centrés sur des termes en relation avec l'actualité politique (par exemple,«carte scolaire »  « insécurité » ou, ce qui ne manque pas de piquant,  « Ségolène Royal »). Tous ces liens visent à ramener du trafic vers le site du parti qui recrute en ligne et vers  les blogs de «  la France d'après »appelés eux aussi à jouer un rôle central pour faire passer « la bonne parole » grâce aux argumentaires vidéos mis à la disposition des blogueurs par le parti.

 

Enfin, la dernière opération en date menée par l'UMP, a consisté à adresser à 225000 adhérents un mail et une vidéo pédagogique leur proposant de créer gratuitement leur propre blog politique celui ci étant hébergé sur la plateforme Typepad aux frais de l'UMP.

 

La démarche de Ségolène Royale et du Parti Socialiste est tout aussi structurée.Conseillée par Aziz Ridouan, Président de l'Association des audionautes, la candidate a fait de son site « désirs d'avenir » le navire amiral de sa campagne sur le Web.

 

En cohérence avec la démarche de « démocratie participative » et sa volonté affirmée de « donner la parole aux citoyens », les espaces de dialogues y occupent une place prépondérante , les « blogueurs militants » étant mis à contribution pour diffuser sur la Toile les messages et les prises de position de leur candidate.

 

Comme Nicolas Sarkozy, Ségolène Royale rediffuse ses meetings et rencontres diverses sur la plateforme Dailymotion, sans doute pour donner au discours officiel une place suffisante pour contrebalancer les vidéos « pirates » parfois dérangeantes postées par des amateurs plus ou moins bien intentionnés.

 

Quant à François Bayrou, le challenger, il a su récupérer sur le Web l'espace de parole qu'il reproche aux grands médias de ne pas lui donner. Sans avoir constitué une équipe spécifique, il ne manque jamais de s'entourer de blogueurs influents pour chacun des évènements auquel il participe et toutes ses prises de parole trouvent un écho amplifié sur le site de l'UDF et dans les blogs de ses partisans.

 

 

Sa démarche est sans doute moins « marketée » que celle de ses concurrents mais elle n'en demeure pas moins efficace. A l'heure qu'il est, au classement de popularité en ligne établi par Observatoire-presidentielle.fr (www.observatoire-presidentielle.fr ) le PS est en tête du nombre de références, juste devant l'UDF et l'UMP.

 

Mais Internet a aussi ses dangers et les candidats ont déjà pu le constater à leur dépends. A 2 reprises au moins pendant les primaires du PS, Ségolène Royal s'est trouvée en mauvaise posture en raison de vidéos postées sur le web (discours de la mutualité et rencontre avec une fédération d'enseignants). Quant à Nicolas Sarkozy, Internet lui a volé le « scoop » de l'annonce de sa candidature. De quoi faire réfléchir les différents postulants à la Présidence et les inciter à plus de vigilance. Aujourd'hui, tous se font communiquer au moins une fois par semaine une synthèse des opinions exprimées sur les blogs.

 

Bonne nouvelle pour les professionnels de la communication et de la publicité : au delà des enjeux politiques, ces élections présidentielles promettent d'être passionnantes  puisqu'elles nous offrent un magnifique terrain d'expérimentations de toutes les pratiques possibles pour communiquer, recruter et fidéliser sur le Web.

 

Pour une fois, ce sont les politiques qui vont nous faire bénéficier  de leur expérience marketing, sachons en profiter.

 

Les sites à consulter

Parti Socialiste:www.parti-socialiste.fr

UDF: www.udf.org

UMP: www.u-m-p.org

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article