le blog instrument de croissance et de dialogue

Publié le par odile Biger

Dans ce qui me semble aujourd'hui appartenir à une vie antérieure, j'ai créé et piloté le Service Consommateurs de Canal+. A l'époque (il y a une quinzaine d'années), tous les gourous de la consommation et de la relation clients nous alertaient déjà sur les risques que faisait courir à l'entreprise un bouche à oreille négatif : « un client satisfait en informe 5 ou 6 personnes de son entourage, un client mécontent en parle à 11 personnes» ai je souvent entendu et lu.

 

Je ne sais plus sur quoi s'appuyaient ces chiffres (certainement des études ad hoc) mais  ils me semblent si éloignés de la réalité actuelle que je ne peux m'empêcher d'en sourire.

 

Avec l'avènement du web.2, les blogs, les forums, les communautés...le bouche à oreille, positif ou négatif ne se contente plus de toucher une poignée de clients, ce sont des milliers voire des centaines de milliers de consommateurs qui peuvent être influencés par les commentaires d'un individu s'exprimant en bien ou en mal sur une marque. De jour en jour,le blog, instrument de viralité par excellence gagne en crédibilité. En terme de confiance, il occupe aujourd'hui la 3eme place derrière le web et la presse traditionnelle et 44% des français affirment être prêts à renoncer à un achat après avoir lu des commentaires négatifs sur un blog.

 

Parallèlement, la publicité classique perd du terrain. Les consommateurs sont de moins en moins sensibles aux messages commerciaux. Ils se montrent plus méfiants. Aidés par les nouvelles technologies (pvr, disques durs intégrés) ils sont passés maîtres dans l'art de déjouer les stratégies des annonceurs et de se soustraire à la communication publicitaire.

 

La viralité progresse. La publicité classique est fragilisée. Ce contexte apparemment difficile offre pourtant de nouvelles opportunités de croissance pour les entrepreneurs et les responsables marketing les plus avisés

 

Dans un article récemment paru dans les Echos (7/12/06), Frank Jacob et Martin Oetting, tous deux professeurs en Marketing à l'Université de Berlin, analysaient la façon dont les entreprises peuvent faire face à la moindre efficacité de la publicité et agir sur le « bouche à oreille positif ».  Selon eux, il faut stimuler la participation des clients à la démarche marketing car les marques qui prennent l'initiative du dialogue avec leurs clients en mettant à leur disposition des espaces publics (blogs, forum, plateforme vidéo)  pour s'exprimer et faire partager leur expérience s'en tirent mieux que les autres.

 

L'expérience lancée il y a quelques jours par Opel va exactement dans le sens de cette recommandation puisque l'entreprise automobile a mis à la disposition de 8 bloggeurs indépendants une Opel Corsa qu'ils vont pouvoir tester pendant un mois en toute liberté. Au fil de l'expérience, ils sont invités à laisser leurs commentaires et à faire part de leurs impressions sur le blog Opel Corsa créé pour la circonstance.

 

La démarche est intéressante et va nous permettre de mesurer « en réel  et en live » l'efficacité et les risques éventuels d'un marketing « collaboratif ». Nous la suivrons donc avec intérêt au cours des prochaines semaines.

 

Commenter cet article

christine lecomte 14/12/2006 19:48

Je pense que le meilleur marketeur sur la place d'un produit ou d'un service est le Client lui-mêmeL'ensemble des clients détient une Intelligence Collective.De plus si le client est bloger, le blog devient vite l'outil indispensable du marketing viral de bouche à oreilleJe suis au courant de l'opération Opel auprès des blogers par Julien.Je suis aprsuadée que d'autres amrques qu'Opel vont suivre la même voie: utiliser, pardon, proposer à des blogers de tester leurs produits pour en devenir le meilleur publiciatire !